Retour

Interiman Group ambitionne de dpasser largement la barre des 300 millions de francs

17/07/2018

La phase de consolidation acheve fin 2017 a permis Interiman Group d'aborder la nouvelle anne avec srnit. A la cl: des rsultats qui surpassent largement ceux du march dans tous les secteurs d'activit, et qui devraient permettre l'enseigne de dpasser cette anne la barre des 300 millions de francs de chiffre d'affaires. Paralllement, le groupe poursuit sa mue numrique, anticipant un bouleversement profond des rapports entre employs et employeurs.

Robin Gordon, vous êtes CEO de Interiman Group. Quel bilan tirez-vous du premier semestre 2018 ?

Il est excellent. Nos activités ont connu une forte progression, aussi bien dans le placement fixe (+50%) que temporaire (+24,6%). La performance, réjouissante, dépasse de loin les résultats du marché, dont la hausse a plafonné dans le même temps à respectivement 18,5 et 14%. Cela devrait nous permettre de dépasser cette année pour la première fois la barre des 300 millions de chiffre d’affaires.

Comment expliquez-vous cette forte croissance ?

Elle s’appuie sur la dynamique de l’économie mondiale en général, et européenne en particulier. De plus, elle concerne tous les secteurs d’activité, ce qui signifie que toutes nos enseignes spécialisées en profitent. Pour ce qui est de la performance du groupe, qui surclasse ses concurrents, elle s’explique par le fait que nous avons achevé fin 2017 notre phase de consolidation. Notre réseau a été ajusté en fonction des besoins du marché, et la taille et la réputation de notre groupe font que nous attirons aujourd’hui les bons éléments.

Votre portefeuille s’est-il développé ?

Les démarches entreprises en 2017 déploient leurs effets depuis le début de l’année. Nous avons décroché de nouveaux contrats avec des partenaires importants tels que M-Industrie ou le CICR, et reconduit par exemple notre partenariat pour cinq ans avec Palexpo, où nous disposons toujours de deux agences in situ.

Allez-vous poursuivre votre expansion ?

En Suisse romande, notre marché historique, l’heure est à la consolidation. En revanche, la Suisse alémanique recèle un potentiel de croissance encore important. C’est pourquoi nous allons y poursuivre notre développement structurel par le biais d’acquisitions sous l’enseigne Global Personal Partner, gérée de manière autonome par une direction alémanique.

La digitalisation est un défi majeur. Comment vous y préparez-vous ?

C’est une question effectivement importante, sur laquelle nous planchons depuis longtemps. Nous sommes sur le point de renouveler les sites Internet de nos 12 enseignes, un changement qui n’est pas seulement cosmétique, mais qui nous permettra également de faciliter l’acte de candidature. 

De quelle manière ?

Par le biais d’une plateforme accessible via smartphone, ce qui correspond aux attentes de la nouvelle génération, pour qui l’ordinateur a été déclassé au profit du téléphone portable. Les banques ont déjà franchi le pas en proposant des solutions mobiles, et la nouvelle architecture informatique que nous avons développée permettra de simplifier à l’extrême l’acceptation d’une mission temporaire.

Quel regard portez-vous sur cette évolution technologique ?

Nous sommes en train de vivre un bouleversement profond des rapports entre employés et employeurs. Le plan de carrière, grâce auquel les grandes entreprises ont jusqu’à présent cherché à attirer les meilleurs éléments, ne parle plus aux jeunes. Parce que leur tolérance à la frustration est proche de zéro, ils ne se projettent plus très loin et quittent leur emploi là où les générations précédentes auraient patiemment attendu qu’un poste se libère ou qu’une promotion arrive. Selon moi, nous sommes en train d’assister à l’émergence d’une génération de «mercenaires».

Quel est le profil de ces «mercenaires» ?

Ils ont grandi en même temps que les transporteurs low-cost, ce qui fait d’eux des voyageurs assidus qui aiment gérer leur emploi du temps comme ils l’entendent. D’où l’intérêt, à leurs yeux, du travail temporaire, qui leur permet d’alterner les périodes de travail et celles de congé. De manière générale, ils ne sont plus non plus prêts à sacrifier leur vie privée au profit de leur travail, sans doute parce qu’ils ont vu leurs parents et les générations précédentes malmenés en dépit de leur dévouement à leur employeur.

Quid de leurs performances ?

Elles sont très bonnes. Ce nouveau paradigme a un impact positif sur la productivité, il faut le souligner. Il est dès lors de notre devoir de nous adapter à ce nouveau paradigme en transformant nos agences en centrales d’engagement, à la fois réactives et accessibles en tout temps. Non sans rappeler qu’elles s’appuient sur le savoir-faire de nos collaborateurs qui assurent le suivi en coulisses.   

News lies

ISO 14001: des gestes concrets pour l'environnement

17/07/2018 - Depuis fvrier 2017, Interiman Group est au bnfice d'une double certification - ISO 9001 et ISO 14001 - qui atteste de la qualit de ses services et de la pertinence de son management environnemental. Un projet ambitieux initi par Clmence et Benjamin Knigge qui l'ont port durant ...

» Plus d'infos

Actua Conseil rejoint Interiman Group

17/07/2018 - Premier cabinet suisse de recrutement spcialis dans le domaine de l'actuariat, Actua Conseil intgrera Interiman Group le 15 aot 2018. Son fondateur, Vincent Jaquier, apportera au groupe son expertise en matire de slection et placement de personnel dans les mtiers de l'actuariat, ...

» Plus d'infos

Interiman Group trs impliqu dans Swissstaffing

17/07/2018 - Centre de comptence des prestataires des services de l'emploi suisses, Swissstaffing a lu lors de sa 50e assemble gnrale un nouveau prsident. En cette anne de jubil, l'association entend aussi placer le travail temporaire au centre des dbats. Un combat cher aux yeux de Robin ...

» Plus d'infos